balken_sammlung

Monuments historiques suisses

En tant qu’ancien chef de la section «patrimoine culturel et monuments historiques» à l’Office fédéral de la culture, je suis particulièrement heureux que la collecte de cette année, placée sous le signe de la protection du patrimoine, soit destinée une fois encore à la constitution d’un fonds pour atteindre ce but. Alors que l’entretien et le maintien des bâtiments classés sont un défi culturel, mais surtout matériel pour leurs pro­priétaires, un accompagnement professionnel de la restauration, ainsi qu’un engagement financier, incombent aux pouvoirs publics concernés. C’est pourquoi les aides de Pro Patria y jouent un rôle complémentaire tout particulier : Elles sont un encouragement ciblé et bénévole pour les propriétaires conscients de la valeur culturelle de leur bien. L’argent ne provient pas de sources publiques, mais, année après année, des dons de la population.
Comme les chiffres ci-dessous le montrent, des milliers de personnes prennent fidèlement part aux collectes. Un subside de CHF 10’000 représente le produit des suppléments de taxes de 20’000 timbres Pro Patria au tarif A. Ou, pour une aide de CHF 30’000 de Pro Patria, il faut vendre 5’000 insignes du 1
er août.
De mon activité professionnelle passée, je sais que les subsides de Pro Patria représentent bien plus que la valeur de l’argent versé, car ils sont un gage de qualité. A cela s’ajoutent des actions ponctuelles, comme celles, par exemple, du programme des petites constructions, actions devenues emblématiques de Pro Patria et permettant, dans bien des cas, d’apporter une aide non négligeable dans le domaine de la conservation de nos biens culturels : les monuments forment l’identité... Les chiffres cités précédemment me permettent de remercier sincèrement les bienfaitrices et bienfaiteurs connus ou inconnus. Je voudrais remercier tout spécialement les donatrices et donateurs, mais aussi les collaboratrices et collaborateurs bénévoles qui vendent dans la rue, ainsi que tous les suisses et suissesses de l’étranger, mais encore la Poste suisse, et les philatélistes de partout dans le monde.

Johann Mürner, Président de la Fondation suisse Pro Patria

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer