balken_stiftung

La devise: «un pour tous, tous pour un»

Longtemps encore après la seconde guerre mondiale, les collectes furent destinées essentiellement à des groupes de la population et des minorités dans le besoin. Les lignes qui suivent en donnent une idée qui ne saurait être exhaustive. Ainsi, les deux guerres mondiales ont donné lieu à plusieurs collectes en faveur des soldats mobilisés. La première de ce genre se déroula en 1916. D’autres suivirent en 1918, 1929, 1940 et la dernière fois en 1968, en faveur de nos soldats et de leurs familles. En 1940, le général Guisan autorisa le port de l’insigne du 1er Août sur l’uniforme le soir du 31 juillet et le 1er août, ce qui témoigne des liens étroits entre le Don de la Fête nationale et l’armée. En 1942, le général recommanda même l’achat de l’insigne.
 
On peut relever avec fierté que de nombreuses et importantes organisations ont bénéficié du produit des dons de la Fête nationale. C’est ainsi que onze collectes ont été destinées à la Croix Rouge Suisse en 1912, 1917, 1937, 1944, 1950, 1957, 1963, 1969, 1975, 1981 et 1987. Les montants ont permis de soutenir diverses actions à l’échelle nationale, telles que le développement des soins aux malades. L’Alliance Suisse des Samaritains, mentionnée précédemment, en a bénéficié en 1921 et 1942. Jusqu’à la fin des années 1990, l’Aide aux Mères a été une véritable institution au sein de Pro Patria. Le produit des collectes de 1926, 1939, 1945, 1951, 1958, 1966, 1974, 1980 et 1985 fut destiné aux mères en situation précaire («Mütter in Notlagen», c’était la dénomination officielle). Dans les cantons, on créa des comités Pro Patria pour l’Aide aux Mères, qui assumaient seuls la responsabilité de distribuer les secours. Pendant des décennies, une étroite collaboration s’établit avec les associations féminines suisses, qui furent les bénéficiaires des collectes des années 1956, 1970, 1979, 1989 et 1995.

La «Cinquième Suisse» non plus n’a pas été oubliée. Les collectes des années 1924, 1938, 1953, 1959, 1965, 1972, 1978, ainsi que 1984, furent destinées aux Suisses à l’étranger et au secrétariat pour l’étranger de la Nouvelle Société Helvétique. Aujourd’hui encore, les citoyennes et citoyens suisses remercient Pro Patria en achetant, dans leur pays d’accueil, l’insigne du 1er Août.